L’ONG Initiative Développement (ID) est présente à Anjouan depuis 1996 et Mohéli depuis 2006. L’Union des Comores est composé de trois îles (Grande Comore, Anjouan et Mohéli) et s’inscrit dans un archipel dit des Comores de quatre îles (avec Mayotte) situé dans le canal du Mozambique.
Le pays fait partie des cinquante pays les moins développés du monde selon les Nation Unies et la dernière enquête détaillée a montré qu’environ 50% des Comoriens vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

 

Depuis 20 ans, ID travaille à l’amélioration et la sécurisation des besoins de base tout en appuyant l’émergence et la structuration d’acteurs professionnels.
Historiquement l’association intervenait principalement dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’accès à l’eau.
Aujourd’hui les problématiques de santé et d’éducation sont prises en charge par CAP et MAEECHA, deux ONG comoriennes. L’accès à l’eau est, quant à lui, géré par les Unions des Comités de l’Eau Anjouan et de Mohéli mais nous continuons à apporter un appui technique.

L’archipel, en plus d’une situation économique fragile doit faire face à de gros problèmes environnementaux (déforestation, assèchement des rivières, érosion et baisse de la fertilité des sols). Ce constat a poussé ID à œuvrer pour l’efficacité énergétique via deux projets :
Filière Cuiseurs Economes et Filière Ylang – Distillation à Foyers Economes.
Ces deux programmes, tout en réduisant la consommation de bois des ménages et des distillateurs, accompagne les acteurs de ces filières afin d’augmenter leurs revenus (soudeurs, producteurs de fleurs, cueilleuses, distillateurs, …) et met en place une campagne de reboisement afin de satisfaire la demande en bois, de lutter contre l’érosion et fertiliser les sols appauvris.

ID aux Comores en 2019

Un climat politique sous tension

Tout au long de l’année 2019 le contexte politique et social des Comores est resté tendus suite aux résultats- très contestés- des élections présidentielles du mois de mars 2019. Des manifestations en Grande Comore au mois de Mars ont été violemment réprimées. La première moitié de l’année a connu un vide institutionnel au niveau des instances étatiques jusqu’à la nomination de la nouvelle configuration du Gouvernement, ce qui a compliqué les échanges avec les autorités nationales et régionales (insulaires).

Des évènements naturels inquiétants

L’année 2019 a également connu des manifestations concrètes liées au changement climatique en cours : le cyclone Keneth avec des lourdes conséquences matérielles (cultures, habitations, …), a touché les Comores au mois d’Avril, en dehors de la période cyclonique et sous un régime de vents inhabituels. Keneth a aussi impacté un des projets d’Adduction en Eau Potable dans lesquels ID est impliquée (AEP Domoni) et a obligé l’arrêt des travaux.

Des incertitudes quant à la coopération France-Comores

Le Plan de Développement France –Comores (PDFC), a été signé le 22 juillet entre les présidents des deux pays. Beaucoup d’expectatives sur les fonds prévus pour l’aide au développement des Comores, une enveloppe de 150 millions d’euros, dont une part importante dédiée à l’île d’Anjouan. Les grandes lignes des projets du PDCF, dans les domaines du développement rural, des filières de rente, de la création d’emploi durable et de l’insertion professionnelle des jeunes et des femmes ont été esquissées à partir des conclusions des multiples missions et études de faisabilité qui ont eu lieu tout au long de l’année, sans que pour autant les formulations concrètes soient définies et donc sans possibilité pour ID de penser à de nouveaux projets.

Une nouvelle équipe projets aux manettes

Au sein d’ID, l’année aura été marquée par l’arrivée de nouvelles ressources humaines : à la tête des programmes Climat Énergie Forêt et Eau Assainissement Déchets ainsi que d’une nouvelle Directrice Pays. La direction d’ID-Comores s’installe en Grande Comore afin de faciliter les relations institutionnelles (bailleurs, partenaires, …) et aussi les déplacements à Madagascar, puisqu’il s’agit en fait d’une Direction des deux Pays – encore une nouveauté !

Des problèmes sociaux à l’origine des interruptions de projets Eau Assainissement Déchets

Le projet d’adduction d’eau potable à Ouani a péniblement continué ses d’activités dans un contexte social extrêmement difficile – et a vu sa composante assainissement annulée. En octobre, la gestion du service d’eau potable, déjà opérationnel sur certains quartiers, a été pris -par la force- par un groupe d’opposants à l’équipe municipale en place. Le projet de réduction des déchets, Warafu, a été mis mis en pause pour repenser sa localisation et son approche : co-élaboration de projet dans la Cuvette de Anjouan entre les quelques initiatives locales et ID, conduite d’une étude socioanthropologique à réaliser au préalable.

Le projet FY-DECO toujours en bonne voie malgré une inflexion du marché mondial de l’Ylang Ylang

Du côté du projet Filière Ylang-Ylang, le marché comorien de l’Ylang-Ylang a été fortement impacté par le ralentissement des exportations mondiales en 2019. Cet évènement a donc ralenti la diffusion des UDAFE (Unités de Distillation à Foyer Économe). En revanche une nette amélioration de l’efficacité énergétique de celles ci sera bientôt possible grâce aux travaux de prototypage de notre partenaire Planète Bois et de l’ensemble de l’équipe FYDECO qui s’est bien appropriée la technologie du procédé de combustion latérale inférieure :  70 à 80 % de bois seront économisés lors de la distillation des fleurs d’ylang-ylang et autant d’arbres sauvés. Au-delà de l’amélioration de la marge commerciale des distillateurs, … que des bénéfices !! Le volet reboisement, en partenariat avec DAHARI, avance bien, il a permis la distribution de 28 174 plants originaires de trois pépinières communautaires d’Anjouan, pour un objectif de 25 000 arbres plantés. Des difficultés de financement pour le FYDECO commencent à se faire sentir avec la dissolution d’un des bailleurs, le Natural Ressources Stewardship Circle (NRSC). Un nouveau partenaire local, la SCR Trading, très convaincu par le nouveau prototype d’UDAFE, a rejoint les bailleurs en cours d’année. Par ailleurs les exploits du FYDAFE, devenu FYDECO en cours d’année se répandent dans la Région : des UDAFE made in Comoros, arrivent à Madagascar et … ce n’est que le début !

La filière Cuiseurs Économes de plus en plus autonome

Le projet Filière Cuiseurs Economes (FCE) continue de mettre l’accent sur l’autonomisation des artisans producteurs des foyers et sur la commercialisation : la Grande Comore s’associe à la Filière avec de nouveaux producteurs et distributeurs. Un Club de soudeurs a été créé à Anjouan, qui promet d’assurer la pérennité des résultats du projet et aussi de développer de nouvelles technologies (solaire) et matériaux (déchets de tôle) pour améliorer les produits et les ventes de la Filière. Ceci est un des résultats du voyage d’études et partage d’expériences des artisans soudeurs anjouanais à Madagascar au mois de Novembre : des découvertes, des échanges, des idées !