Contexte

Le taux d’analphabétisme au Tchad est élevé, 78% de la population ne sait ni lire ni écrire correctement. L’une des raisons est la déficience du système éducatif tchadien : des professeurs mal formés, du matériel didactique quasi inexistant, des effectifs pléthoriques et une gestion de l’école aléatoire. La formation est l’un des leviers essentiels pour améliorer significativement la qualité de l’école. Le PAQEPP veut donc répondre à ces défis en misant sur un appui de proximité auprès de 50 écoles publiques et communautaires de Moundou et de N’Djamena (25 écoles par site) sur une durée de 4 ans. Il est important de signaler que le PAQEPP est un projet conçu et porté par le Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion Civique. Pour sa mise en œuvre il a fait appel au groupement ID-PADIESE pour son expertise et sa connaissance de la thématique. Ainsi ID se positionne sur ce projet en maitrise d’ouvrage déléguée.

 

Problématiques

  • Une formation des enseignants insuffisante pour gérer les grands groupes
  • Des salles en ville surchargées (plus de 100 élèves par classe)
  • Une piètre acquisition de connaissances par les élèves des écoles publiques
  • Un manque de rigueur pédagogique qui ne permet pas un bon suivi des élèves
  • Un taux de redoublement important (1/3 des élèves redoublent en primaire)

Enjeux

Amélioration du cadre scolaire

Le constat fait à la naissance de ce projet est que le cadre scolaire tchadien est caractérisé par une forte précarité de ces infrastructures. , En ville en particulier, on enregistre un manque criant de salles de classe et de mobilier scolaires. Les écoles ne parviennent pas à répondre aux besoins de scolarisation.Ainsi, les élèves se retrouvent entassés à plus d’une centaine dans des salles prévues pour des effectifs aux alentours de 50 enfants. La plupart des salles de classe manquent de tables bancs pour accueillir ces élèves. Les latrines sont également en nombre insuffisant, favorisant l’absentéisme des enfants et en particulier des filles.Le projet prévoit donc un vaste programme de mise aux normes matérielles avec la construction d’environ 120 salles de classe, la réhabilitation d’une centaine de salles, la construction de plus de 200 latrines, la dotation de près de 4500 tables bancs, et près de 38.000 manuels scolaires.

Formation et accompagnement au suivi pédagogique

Si l’on assiste aujourd’hui à une déficience du système éducatif tchadien, c’est parce que la formation des enseignants est insuffisante pour assurer correctement les cours. . Un certain nombre de routines pédagogiques ne sont pas en place, le suivi est irrégulier ne permettant pas aux enseignants en difficulté d’être repérés et accompagnés. Le PAQEPP initie donc un programme de formation et d’accompagnement de proximité. Responsabiliser et sensibiliser les directeurs d’écoles sur leur rôle sera un volet important. Ces derniers doivent assurer des suivis permanents auprès de leurs enseignants pour s’assurer de l’évolution des programmes et des cours dispensés. Il est également important de s’attaquer au redoublement et à la faible acquisition des connaissances par les élèves. Cela passera par des engagements pédagogiques portés par des contrats de performance définis par l’équipe de l’école et soutenus par les Inspections Pédagogiques. Enfin, du côté des inspecteurs, il s’agira de mettre l’accent sur la supervision pédagogique dans leurs écoles, la connaissance fine de leurs écoles, mais aussi les aider à mieux gérer leurs ressources financières et humaines.

Mobilisation des parents d’élèves

Au Tchad, l’association des parents d’élèves joue un rôle très important dans la vie et le fonctionnement de l’école. Force est de constater que cette association est beaucoup plus présente dans les écoles communautaires que dans les écoles publiques. .De même les mamans sont rarement mobilisées pour la scolarisation et le suivi de leurs enfants. Toujours dans l’optique d’améliorer la qualité de l’enseignement au Tchad, PAQEPP va mobiliser les parents d’élèves autour de la prise en charge des besoins récurrents de l’école, c’est-à-dire inciter ces derniers à fournir aux écoles les matériels de base tels que les craies, cahiers, livres et autres. Cela passe par des formations, une présence régulière mais aussi la mise en place de projets d’école visant à répondre aux besoins courants de l’établissement. Les associations de mères éducatrices, inexistantes en ville seront mises sur pied dans chaque école en vue d’encourager la scolarisation des filles et le développement d’activités génératrices de revenus.

Les partenaires

Partenaires techniques

PADIESE
Inspection Pédagogique en charge de l’Éducation Primaire-IPEP
Centre départemental de formation continue des enseignants du Primaire-CDFCEP

partenaires financiers

Agence française de Développement-AFD
Ministère de l’Éducation Nationale et de la Promotion Civique