Accueil > Voir toutes les actualités > Soutenez la scolarisation des filles au Tchad avec ID

Soutenez la scolarisation des filles au Tchad avec ID

Soutenez la scolarisation des filles au Tchad avec ID

Vendredi, 23 Fevrier 2018

Aidez nous à maintenir les fillettes à l'école au Tchad ! Ensemble, ID et les parties prenantes impliquées dans la scolarisation des filles font avancer positivement les choses !

Vous aussi, soutenez le mouvement, fates un don pour ce projet sur Commeon pour lutter contre les inégalités fille-garçons à l'école.

Faire un don sur Commeon

 

Le taux de scolarisation dans le monde a augmenté ces 15 dernières années, cependant cela n’exprime en rien les conditions d’enseignement. Les disparités sont présentes d’une région du monde à une autre, d’un pays à un autre, mais également au sein des pays eux-mêmes, entre zones urbaines et rurales par exemple.

Malgré les améliorations plusieurs problèmes persistent : le taux de scolarisation des filles relativement bas, l’accès à un enseignement de faible qualité, le coût de l’éducation trop élevé par rapport aux ressources financières d’un foyer, le manque d’équipement en latrine dans de nombreuses écoles, la question du genre… Toutes ces difficultés ne bénéficient pas au développement des pays.

Pour le développement d’un pays, l’accès au savoir est une arme. Les pays qui rencontrent le plus d’obstacles en termes d’éducation sont souvent ceux qui font face aux plus grandes difficultés pour se développer. L’école est la porte d’entrée vers la citoyenneté.

Au Tchad l’accès à l’éducation est bien plus problématique pour les filles que pour les garçons. Alors que 48% des filles vont à l’école à partir de l’âge de 6 ans, seules 33% continuent jusqu’à l’âge de 12 ans. Bien que ces résultats soient en constante hausse depuis le début des interventions d’Initiative Développement, les 6 années d’école ne suffisent malheureusement pas à acquérir les savoirs fondamentaux. Le taux d’illettrisme du pays perdure (78% des plus de 15 ans) et fait donc ressortir ce problème...

De plus, la qualité de l’éducation pose souvent question. Ce n’est pas faute d’investissement et de volonté de la part du gouvernement tchadien. Malgré les 20% du PIB investis dans l’éducation chaque année, le niveau de l’enseignement demeure faible. En effet, peu de professeurs du cycle primaire sont allés au-delà du niveau 1ère et ils ont pour la majorité un niveau inférieur (collège - 4ème) ce qui explique leurs difficultés à enseigner. Il est donc important pour Initiative Développement de contribuer à leur formation sur les savoirs fondamentaux, la pédagogie, mais également sur la question du genre et de l’hygiène.

Les modèles féminins de réussite au Tchad sont rares, de ce fait, les petites filles éprouvent des difficultés à se projeter dans un futur professionnel. Toutefois, dans la région de Moundou, zone d’intervention d’Initiative Développement, 12% de femmes font aujourd’hui parti du corps enseignant, contre 9,5% dans le reste du pays. Les interventions d’ID ont permis d’accroître ce chiffre en 10 ans ce qui représente tout de même une belle réussite.

Les écoles au Tchad font également face à des problèmes de non-équipement. En effet, seules 19% des écoles sont équipées en latrines. Ce chiffre relativement faible est néanmoins en forte hausse, il était proche de 0% dans la région de Moundou 10 ans au par avant. La notion des sciences d’observation et d’hygiène est en conséquence abordée et étudiée à l’école tout au long du cycle primaire.

Même si la situation au Tchad reste préoccupante, Initiative Développement met tout en œuvre pour contribuer à l’amélioration de la situation en se conformant aux programmes scolaires du pays.

Voir toutes les actualités