Accueil > Voir toutes les actualités > Installer la redevance de l'eau : pourquoi et comment ? Exemple aux Comores

Installer la redevance de l'eau : pourquoi et comment ? Exemple aux Comores

Installer la redevance de l'eau : pourquoi et comment ? Exemple aux Comores

Lundi, 14 Mai 2018

L’accès à l’eau potable n’est pas une évidence dans les pays du Sud. Sur l’Île de Mohéli dans l’archipel des Comores, l’accès à l’eau est synonyme d’infrastructures peu fonctionnelles, d’une mauvaise qualité de l’eau desservie et d’une véritable défaillance technique et financière.

Face à ce constat, Initiative Développement (ID) a mené une étude de terrain, répertoriant les solutions déjà existantes et les problèmes rencontrés.

Deux objectifs : améliorer le taux d’accès à l’eau potable et mettre en place un service public de l’eau potable, complet, durable et accessible à tous.

Ce projet a fait face à de nombreux défis : techniques (impossibilité de trouver du chlore, difficultés à trouver des pièces hydraulique et de matériaux de construction), socioculturels (Une habitude de la population d’avoir accès à une eau gratuite mais de très mauvaise qualité et donc une méfiance vis-à-vis du paiement de l’eau) et politiques (manque d’organisation des mairies dans la gestion du réseau de distribution de l’eau).

Afin de parer ces nombreuses difficultés et d’enfin trouver un compromis technico-économique, Initiative Développement s’est appuyé sur les acteurs nationaux (service de l’Etat, autorités, société civile, bailleurs et ONG).

Après des mois d’observation, de gestion transitoire et de négociation, une solution a pu être mise en place : le recrutement d’opérateurs professionnels locaux. Une société et une association locales ont signé deux contrats de délégations de service public.

Dans le but de motiver la population, l’équipe d’Initiative Développement a mené une campagne d’information de la population sur la nature du projet, sur les principes de paiements, sur les infrastructures et l’organisation du service a été lancée.

Aujourd’hui, 70% de la population adhère à ce nouveau service. C’est une véritable avancée. Les résultats encourageants du programme d’accès à l’eau potable à Djandro servent d’exemple pour les autres programmes en cours sur l’archipel des Comores ainsi que sur d’autres régions du monde.

L’association comorienne locale prévoit une hausse de 70% à 100% de taux d’accès à une eau potable sur le périmètre du projet.

L’objectif d’ici à 2020 est encore à plus grande envergure : 63 000 nouveaux habitants desservis.

 

Voir toutes les actualités