Accueil > Focus > Santé : interview de Céline, responsable du pôle Santé

Santé : interview de Céline, responsable du pôle Santé

Vendredi, 26 Juin 2015

Santé : interview de Céline, responsable du pôle Santé

 

Quel est ton parcours ?

Je suis infirmière de formation, une profession que j’ai exercée pendant une dizaine d’années. Je me suis intéressée à l’humanitaire dès le début, mais il me fallait acquérir une expertise technique. J’ai d’abord travaillé en centre hospitalier en France, puis je suis partie comme bénévole en Inde. J’avais besoin de me former aux questions de développement, car comme bénévole, on n’a pas ces compétences. On peut faire preuve de savoir-être, mais on manque de savoir et de savoir-faire. J’ai donc suivi une formation à l’Institut de Formation et d’Appui aux Initiatives de Développement (IFAID), à Bordeaux. Puis je suis partie au Cambodge, où j’ai vécu 10 ans. J’ai travaillé sur des programmes/projets d’amélioration du système public de santé auprès des hôpitaux et centres de santé dans les provinces, en collaboration étroite avec les autorités nationales. A mon retour en France, j’ai postulé à ID ! J’ai été particulièrement attirée par les enjeux du pôle : sa restructuration, le développement de la stratégie la valorisation et l’opérationnalisation d’une expertise en santé…un chouette challenge !

Peux-tu nous présenter le pôle santé ?

ID a été cofondée par un médecin, mais les activités santé ont grandement diminué à partir de 2008. La reconstruction du pôle santé a été validée en janvier 2014 par le Conseil d’Administration. Historiquement, la stratégie d’ID a été orientée vers le VIH, la gratuité des soins et la santé materno-infantile. La santé chez ID, c’était également, depuis 2008, un projet materno-infantile aux Comores qui s’est achevé en 2013, et un volet santé-nutrition en Haïti, toujours en cours. Les activités santé aujourd’hui se concentrent principalement sur la gestion du programme VIH pédiatrique, GRANDIR, mené en consortium avec Sidaction depuis 2006. Grandir concerne 11 pays d’Afrique subsaharienne, et 18 associations partenaires.

Comment structurer un pôle santé à partir de projets existants ?

Il y a tout à structurer : partir des expériences et analyser les opportunités par thématique et par pays. Il faut faire un bilan de ce qu’on sait faire, de nos échecs et nos réussites, adapter l’expertise en fonction des nouveaux défis. La difficulté est d’actualiser notre expertise avec un « creux » dans nos activités depuis 7 ou 8 ans. Les besoins ont évolué, de nouveaux ont émergé. Donc tout est à créer. Il faut travailler sur les textes officiels internationaux et les stratégies nationales, et les comparer avec les besoins aujourd’hui identifiés soit par ID soit par ses partenaires. La structuration de ce pôle passe donc par l’appropriation technique, stratégique, et bien sûr trouver des financements.

Par quoi est rythmé le quotidien d’une responsable de pôle?

La gestion du quotidien dépend des priorités et de l’actualité des programmes. Je me suis beaucoup concentrée sur GRANDIR en ce début d’année. Pour 2015, je dois identifier et faire un bilan des expériences d’ID, de mes compétences, et faire des recherches sur les stratégies santé nationales dans les pays où ID intervient, mais aussi d’autres pays sur lesquelles ID pourrait s’orienter. Cela passe aussi par des recherches bibliographiques et documentaires, des rencontres avec des personnes ressources, par la réalisation de diagnostics et d’états des lieux à venir… Il faut identifier quels sont les  changements actuels en matière de santé dans les pays en voie de développement,  voir comment ID peut y trouver sa place, et adapter sa stratégie d’action tout en innovant.

Quelles perspectives pour le pôle Santé ?

Il faut avant tout murir la stratégie du pôle pour pouvoir concevoir de nouveaux projets. Mais le pôle sera certainement amené à évoluer ! Nous devons valoriser notre expertise sur différentes thématiques : Santé Materno-Infantile, Santé Sexuelle et Reproductive, Nutrition... En transversal, nous devons également réfléchir au financement du système de santé, tout en prenant en compte les représentations sociales des différents contextes. Nous devons travailler en pluri-thématiques et en plurisectoriel pour assurer l’amélioration de la qualité et de l’accès aux soins. Mais il faut surtout compter  sur les acteurs locaux, les équipes d’ID sur place qui connaissent les orientations stratégiques propres à chaque pays… le pôle santé, lui, apporte une expertise, en appui aux acteurs de terrain.

Voir tous les focus